Laboratoire Léon Brillouin

UMR12 CEA-CNRS, Bât. 563 CEA Saclay

91191 Gif sur Yvette Cedex, France

+33-169085241 llb-sec@cea.fr

BD diffusons les neutrons

Faits marquants 2007

11 avril 2007
S. Petit, F. Moussa, M. Hennion et S. Pailhès (DRECAM/LLB CEA-Saclay)
L. Pinsard-Godard, Laboratoire de Chimie du Solide, Paris XI
A. Ivanov, ILL, BP 156 F-38042 Grenoble

Les multi-ferroïques sont des matériaux qui possèdent la particularité rare d’avoir un état fondamental à la fois magnétique et ferro-électrique [1]. Qui plus est, magnétisme et ferro-électricité y entretiennent des liens étroits : un tel matériau, comme par exemple l’oxyde de manganèse [2] YMnO3, peut ainsi voir son aimantation modifiée par l’action d’un champ électrique, ou sa polarisation électrique par l’action d’un champ magnétique (effet magnétoélectrique). Cette particularité est un problème complexe de physique de la matière condensée ; elle représente également un enjeu important pour les applications, et par exemple pour les "technologies pour l'information et la santé" développées au CEA (développement de nouveaux concepts de mémorisation de l'information ou d'électronique de spin).

Les recherches menées ces dernières années sur ces matériaux tendent à montrer que le couplage entre magnétisme et ferro-électricité s’effectue par le biais d’importantes déformations du réseau cristallin. On sait par exemple que dans le cas du composé YMnO3, la transition (TN = 72K) vers la phase magnétique (et donc multi-ferroïque) est le siège d’effets magnétostrictifs traduisant un fort couplage entre déplacements atomiques, ferro-électricité et moments magnétiques.

Retour en haut