Laboratoire Léon Brillouin

UMR12 CEA-CNRS

Bât. 563 CEA Saclay

91191 Gif sur Yvette Cedex

France

llb-sec@cea.fr

Les sujets de thèses

Dernière mise à jour : 26-09-2017

IRAMIS/LLB

«««

• Physique du solide, surfaces et interfaces

 

Spintronique antiferromagnétique : vers un contrôle actif de l'anisotropie magnétique

SL-DRF-17-0020

Domaine de recherche : Physique du solide, surfaces et interfaces
Laboratoire d'accueil :

Laboratoire Léon Brillouin (LLB)

Groupe Diffraction Monocristaux (GDM)

Saclay

Contact :

Alexandre Bataille

Stéphane Andrieu

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2016

Contact :

Alexandre Bataille

CEA - DRF/IRAMIS/LLB/GDM

01 69 08 58 98

Directeur de thèse :

Stéphane Andrieu

Université de Lorraine - Institut Jean Lamour, département P2M, équipe Nanomagnétisme et Electronique de spin

03 83 68 48 24

Page perso : http://iramis.cea.fr/llb/Pisp/alexandre.bataille/

Labo : http://www-llb.cea.fr/index.php

Voir aussi : http://ijl.univ-lorraine.fr/recherche/departement-physique-de-la-matiere-et-des-materiaux-p2m/nanomagnetisme-et-electronique-de-spin/

La réduction de la consommation électrique de nos dispositifs électroniques de tous les jours est un enjeu sociétal majeur, qui appelle une rupture technologique. Parmi les pistes explorées depuis peu, figure l’idée de développer des composants spintroniques ou des couches antiferromagnétiques (ordonnés magnétiquement mais sans aimantation résultante) joueraient un rôle actif, notamment à travers leur anisotropie magnétique et son contrôle. L’obstacle majeur au développement de ce domaine réside dans la difficulté de mesurer l’ordre magnétique des films antiferromagnétiques. La technique la plus directe pour mesurer cet ordre est la diffraction de neutrons, que de récents développements expérimentaux permettent d’appliquer aux couches minces épitaxiées. Cette thèse profitera de l’arrivée d’un aimant vectoriel unique au monde permettant d’étudier simultanément l’anisotropie magnétique des films et multicouches (par diffraction de neutrons) et les propriétés de magnéto-transport. Ceci engendrera une compréhension fine des phénomènes mis en jeux, et devrait permettre de contrôler activement l’anisotropie et donc de proposer de nouveaux dispositifs.

 

Retour en haut