Laboratoire Léon Brillouin

UMR12 CEA-CNRS, Bât. 563 CEA Saclay

91191 Gif sur Yvette Cedex, France

+33-169085241 llb-sec@cea.fr

BD diffusons les neutrons

Des causes inattendues du déclin de la banquise arctique : sa dérive, sa déformation et sa fracturation
Jérôme WEISS
Institut des Sciences de la Terre, CNRS/Université de Grenoble
Jeudi 21/05/2015, 11:00
Bât 774, Amphi Claude Bloch, Orme des Merisiers

La banquise est une fine couche (quelques mètres d’épaisseur au maximum) de glace se formant à la surface des océans boréal et austral sur des millions de km². Elle dérive, se déforme et se fracture sous l’action des vents, des courants de surface et de l’effet Coriolis. Elle affecte fortement les échanges d’énergie et de quantité de mouvement entre l’océan et l’atmosphère et, de ce fait, joue un rôle important sur la régulation du climat global. Dans l’Arctique, depuis plusieurs décennies, l’étendue spatiale et l’épaisseur moyenne de la banquise subissent un déclin spectaculaire. L’explication de ce déclin par l’accélération de la fonte des glaces sous l’effet du réchauffement climatique est insuffisante pour expliquer sa rapidité. Je montrerai que les processus mécaniques jouent un rôle fondamental sur l’évolution récente des glaces de mer boréales. Une analyse fine de la cinématique des glaces à partir de trajectoires de traceurs passifs (bouées dérivantes) permet de caractériser la mécanique fragile de la banquise et de mettre en évidence une évolution récente de ses caractéristiques mécaniques globales : accélération de la dérive et de la déformation, affaiblissement mécanique.

Contact : Luc BARBIER

Retour en haut